Le « offshore », on en parle?

Créer une entreprise en France est déjà un parcours du combattant…Alors en créer une à l’étranger pourrait relever du supplice, non? A vrai dire, cela n’est pas du tout le cas, car les agences spécialisées sont là pour vous donner un coup de main. Voici tout ce qu’il faut savoir pour créer son entreprise offshore.

Comment cela fonctionne?

Créer son entreprise à l’étranger est une réalité tout à fait légale. En effet, ce qui ne l’est pas serait de ne pas déclarer des revenus ou des comptes bancaires dits offshore. Dans tous les cas, il faut donc être transparent et jetez un coup d’oeil sur les meilleures juridictions offshore dans le monde. Il y a notamment Gibraltar, Hong-Kong, Chypre, le Royaume-Uni, Dubai ou encore Singapour.

Vous avez l’embarras du choix, et, le fonctionnement de création d’une société est très simple : vous donnez vos prérogatives aux experts d’un cabinet qui se chargeront de tout, à savoir de la création en elle-même au dépôt des papiers à signer.

Coûts liés à la création d’une entreprise à l’étranger

Bien entendu, le prix est une clé de voûte pour la mise en oeuvre d’un tel projet. Cela étant, ne vous lancez pas dans une telle aventure si vos finances sont relativement maigres. En effet, cela ne vaut le coup que si vous mettez en place une mécanique spécifique. A ce titre, avis aux entrepreneurs, ayez les reins solides avant de vous lancer dans pareille stratégie.

Concernant les coût justement, par exemple pour la création d’une entité à Hong-Kong, il faut compter environ 2 000 euros pour l’immatriculation, environ 350 euros de domiciliation annuelle et une coût de 700 euros si vous avez besoin d’un Nominee.  Le délai est d’environ 8 jours puis 7 jours pour la création du compte bancaire (qui coûte environ 1 000 euros).

La meilleure solution est clairement d’en échanger avec des spécialistes pour connaitre les réalités s’appliquant à votre projet. Cet expert sera à même de répondre à toutes vos questions, et, surtout il sera capable de mettre des réserves concernant la viabilité d’un tel projet qui n’est jamais certain à 100%.