Comment créer un backlog produit ?

 

Dans l’application de la méthode agile, les membres de l’équipe n’ont pas besoin d’établir un document ou une feuille de route bien peaufinée dès le début du projet. En effet, cette approche demande à toute l’équipe de collecter progressivement les features, pour ensuite les considérer et les traiter au fur et à mesure. Cette procédure de collecte est le backlog produit. 

Définition des objectifs et répartition des tâches 

Même si la méthode agile ne demande pas une documentation ou un cahier des charges à suivre et à respecter scrupuleusement en début de projet, il se doit de respecter et d’atteindre des objectifs. Ainsi, à travers le backlog produit, il est nécessaire de lister les features ou les fonctions qu’on devrait essentiellement retrouver sur le produit final. Ce backlog produit permet de définir à l’avance les indicateurs qui deviendront des tâches et des activités à faire pour chaque membre de l’équipe.

Toutefois, tout doit être bien programmé avec une priorisation de chaque élément. Dans la répartition des tâches, ce backlog produit est supervisé par le product owner. Il sera en charge de prioriser les actions et de valider chaque élément collecté qui constitue le backlog produit. Cet outil devra donc, être mis au point avant le travail dans les sprints.

L’équipe devrait l’avoir établi et validé par le product owner avant le sprint 0 qui est l’étape de préparation. Chaque release sera, de ce fait, planifié suivant ce backlog et servira pour définir les sous éléments à traiter durant les autres sprints. La création du backlog produit est nécessaire pour bien planifier les actions au fur et à mesure que l’on collecte des éléments. L’essentiel c’est qu’il soit visible par tous les membres de l’équipe de développement du projet et qu’il reflète la mise en application de la méthode gestion de projet agile.

Les autres points à savoir dans la création du backlog produit 

Le backlog produit doit avoir une durée de vie égale à celle du livrable et assurer la communication en gestion de projet. En effet, il est possible de l’utiliser dans le temps même si le produit final a déjà été livré. Il ne se fige pas, on peut le faire progresser dans le temps. Par ailleurs, durant la phase de développement d’un projet, il n’est pas rare que cet outil subisse des changements et des améliorations.

Chaque sprint peut faire l’objet d’un ajout ou d’une suppression sur les éléments de l’outil.

C’est également à partir du backlog produit que l’équipe et le product owner établissent le planning des éléments complémentaires ou du release. Il permet de retracer les deadlines prévus pour la réalisation de chaque sous éléments.

C’est également à partir de cet outil que l’équipe pourra établir le graphe du burndown chart.